L O A D I N G
blog banner

IPA: cette récente bière qui fait un malheur

En Belgique, moines et nonnes brassent de la bière brune depuis des siècles. Leurs coutumes ont souvent survécu aux brutalités de la guerre et ont même résisté aux empereurs romains qui dédaignaient la bière, préférant le vin rouge à la place. Mais ces marques anciennes pourraient-elles supporter la fixation de la communauté de la bière brune artisanale moderne avec le houblon et tous les problèmes India Light Ale (IPA) ? Avec leur douceur nuancée, les bières belges monastiques sont une antithèse distincte d’Aged-Planet aux designs modernes et audacieusement houblonnés. La coutume de brassage trappiste se développe en revenant au sixième siècle, lorsque le Principe de saint Benoît a établi le fondement des vies ascétiques – essentiellement toute la prière et le travail – pour les moines et les nonnes. Cela a eu lieu dans la région qui se compose maintenant de la Belgique contemporaine. Une partie de ce travail consistait en fait à préparer de la bière pour financer et soutenir le monastère. À l’époque, il y avait peu de normes pour les problèmes d’hygiène et la fermentation de la bière était en grande partie une proposition aléatoire. Le dévouement des moines à la rigueur, néanmoins, garantissait que leur bière brune serait exempte des bactéries qui détruisaient fréquemment les articles des autres brasseurs. En raison de leur processus de brassage minutieux, la bière est devenue une boisson sûre dans les jours précédant la purification de l’eau. L’attention des moines aux détails et aux soins a contribué à élever la préparation à une œuvre d’art, et leur procédure méticuleuse a été démontrée dans les goûts compliqués et remarquablement nuancés des bières. Aujourd’hui, dégustation de bières les IPA dominent le monde de la bière brune artisanale. Basé sur la Brewers Connection, ce type de bière brune représente près de 40 % de toutes les ventes de bière artisanale. « Il est regrettable que les types de bières créées dans les monastères ne trouvent pas un public aussi enthousiaste que les bières sautées, mais il est formidable que les Américains puissent consommer la plupart de celles fabriquées dans les monastères belges, les originales, pour ainsi dire » déclare Stan Hieronymus, l’auteur de Brew Like a Monk ainsi que d’autres publications sur la bière. « Je dirais également que leur impact est ressenti même dans certaines IPA – l’utilisation de sucres pour augmenter l’alcool sans rendre les bières aussi « épaisses » ainsi que les finitions desséchées », ajoute-t-il. Avant l’éruption de la bière d’art aux États-Unis au cours des dernières décennies, les brasseries belges occupaient une place de choix dans le monde fanatique de la bière. Certains restent un peu difficiles à trouver. Travis Rupp, qui a récemment créé The Beer Archaeologist LLC et est également professeur de littérature classique, d’art, d’anthropologie et de technologie mécanique à l’Université du Colorado à Boulder, estime qu’un montant limité les aide néanmoins bien. « Les bières trappistes ont constamment pris en charge un certain degré de rareté », explique Rupp. « Il existe des marques spéciales qui peuvent être obtenues en Belgique, comme les bières Westvleteren spécifiques. » « Même les basiques du monde trappiste comme Orval, Westmalle ou Chimay arrivent à un coût plus élevé, et les acheter est un choix délibéré et délibéré de la part du consommateur. Vous n’achetez pas pour le volume, le meilleur rapport qualité-prix ou la session le vendredi midi. Ces bières sont spéciales et les acheter est spécial. Aujourd’hui, il existe tout simplement un certain nombre de brasseries trappistes. L’utilisation de l’expression est contrôlée par la Worldwide Trappist Connection, qui spécifie que les moines doivent soit fabriquer la bière, soit superviser le brassage ; qu’il doit être d’une importance supplémentaire pour le mode de vie monastique et que les bénéfices sont investis dans les frais généraux du monastère et sa fonction de quartier. Des brasseries comme Cooperstown, Ommegang, dépendante de la ville de New York, qui se concentraient auparavant sur les styles conventionnels de bière brune belge, ne sont pas elles-mêmes trappistes mais ont déjà été rendues célèbres par la coutume de préparation monastique, et ont décidé d’étendre leurs produits stylistiques pour toucher un public plus large. « Nous savons qu’il existe un noyau de fanatiques de la bière de conception belge », déclare Brian Reames, v . p. du marketing chez Duvel Moortgat États-Unis, la société mère d’Ommegang. «Mais les bières belges ont pris le pas sur les IPA au cours des dix dernières années. Cela a donné à notre brasserie l’opportunité de se développer dans d’autres styles de bière. Il cite Neon Rainbows, l’IPA d’Ommegang au design néo-britannique, à titre d’exemple. Elle a été lancée en 2018. Certains amateurs de bière brune contemporaine trouvent leur chemin vers les bières belges conventionnelles à travers des productions américaines de conceptions belges traditionnelles.


16 Nov, 2019

Découvrir les Gamay

20 Mai, 2019

Faire Napa ou Sonoma ?

23 Mai, 2019

Découvrir le pinot